Alkemist Avocats : "Une avocate augmentée par la LegalTech"

Le cabinet Alkemist Avocats, représenté par Elise Fabing, a créé une plateforme, en partenariat avec une entreprise spécialisée dans les technologies et la Fédération nationale des offices de tourisme de France, afin de proposer une optimisation technologique du processus de consultation et répondre aux besoins spécifiques des offices de tourisme adhérents.

JPEG - 63.6 ko

Vous vous définissez comme une « avocate augmentée » : qu’est-ce que cela signifie et représente pour vous ?

Cette expression a été empruntée à la société Seraphin.legal avec laquelle j’ai collaboré. Elle signifie que j’enrichis ma pratique professionnelle de technologies, afin d’offrir à mes clients des solutions créatives pour optimiser le travail de mon cabinet et répondre parfaitement à leurs besoins.
Grâce à nos outils innovants, nous pouvons nous concentrer sur les points à forte valeur ajoutée dans le relationnel client. Cela nous permet d’améliorer la structuration de notre offre juridique, d’être plus réactifs et de diminuer nos coûts en travaillant sur la lisibilité de nos honoraires.

Nous sommes très engagés sur le pragmatisme du conseil d’avocat : la création de legaltech sur-mesure nous permet de proposer un service juridique efficace et accessible d’avocat (donc engageant notre responsabilité professionnelle).

Qu’avez-vous retiré, en tant qu’avocate, de ce travail d’innovation ?

C’est grâce à mon idée d’optimisation technologique du service juridique offert aux adhérents d’Offices de tourisme de France que j’ai eu l’honneur de devenir leur avocat. Les dirigeants de la Fédération ont cru en mon projet et m’ont sélectionnée tant pour la création de l’outil à destination de leurs adhérents que pour devenir leur conseil.
Mon cabinet conseillait déjà plus d’une centaine d’acteurs du tourisme et je connaissais l’offre de service juridique offert aux adhérents de la Fédération. J’ai donc pu concevoir un projet technologique qui correspondait à leurs besoins spécifiques.
« On apprend énormément sur ses clients par ce travail de création d’outil. »
Les équipes de la Fédération m’ont ouvert leur porte pour que j’analyse leur fonctionnement et les besoins de leurs adhérents. On apprend énormément sur ses clients par ce travail de création d’outil. J’ai déjà hâte de créer d’autres solutions technologiques sur mesure tant il est passionnant de se mettre à la place de l’utilisateur pour que l’outil soit parfaitement adapté à ses souhaits.

Nous avons aussi appris à travailler autrement, et notamment en étant plus nombreux, car grâce à notre legaltech, nous pouvons devenir les conseils des 1.200 structures adhérentes d’Offices de tourisme de France. Notre activité en droit du tourisme a considérablement augmenté, et maintenir un niveau d’excellence a été un challenge très stimulant.

D’un point de vue plus personnel, cette aventure m’a amenée à co-fonder le cabinet Alkemist Avocats, avec Alice Goutner et Arthur Bouchat au mois de janvier. Je suis très heureuse de cette évolution professionnelle.

Enfin, je suis tombée dans les technologies. Imaginer l’outil a été extrêmement libérateur sur la façon d’envisager le travail, parce que l’on peut automatiser certaines tâches, mettre en place de l’intelligence artificielle, et ainsi créer une interface pratique qui va nous permettre de gagner du temps et à notre client d’être accompagné en temps réel et à des coûts maîtrisés.
« Imaginer l’outil a été extrêmement libérateur sur la façon d’envisager le travail. »

L’innovation en relation-clients repose-t-elle obligatoirement sur une co-construction, avec le client, avec une autre entreprise, … ?

Dans l’absolu, je ne pense pas. L’avocat peut révolutionner ses méthodologies et ses outils seul, et ainsi innover en relation-client. Au sein du cabinet, nous travaillons nos méthodologies pour satisfaire au maximum nos clients. J’ai par exemple intégré des techniques issues du coaching pour accompagner mes clients sur des problématiques de ressources humaines. Je suis également militante de l’intégration du langage clair dans nos consultations d’avocat. Cela peut transformer la relation client !

Néanmoins, pour notre legaltech tourisme, co-construire et s’enrichir de l’expérience d’une fédération nationale pour mieux comprendre l’adhérent utilisateur, était indispensable. Et je crois préférer l’innovation collective : les rencontres stimulent la créativité !

3 mots-clés pour définit la relation client/avocat ?

La confiance, la réactivité et la créativité.


Le point de vue de la Rédaction du Village de la Justice :

Le problématique : Il n’est pas facile pour un petit cabinet de conjuguer développement d’affaires, efficacité, travail de conseil, relation-client de qualité et... plaisir d’exercer. Pris dans le quotidien, « on ne peut pas tout faire ! »

La solution choisie : Le cabinet Alkemist Avocats a créé une solution de type « legaltech » permettant de mutualiser le recours à l’avocat et à l’information juridique pour un secteur d’activité, les Offices de tourisme (1.200). Un seul outil pour autant de clients potentiels et des processus harmonisés et efficaces, fruits d’échanges avec les clients du secteur, et semble-t-il gratifiant à mettre en place : il ajoute « des bras à l’avocat » !

La proposition de valeur : Ce type d’offre pourrait s’apparenter à une « industrialisation dépersonnalisée de conseil juridique »... Il n’en est rien puisque l’offre a été conçue en partenariat avec la Fédération des Offices de tourisme et ses adhérents, pour parvenir au plus grand dénominateur commun des besoins, complété ensuite par du conseil personnalisé. Une démarche efficace et qui n’oublie pas la relation-client en augmentant le service... et la capacité du cabinet.


Le cabinet Alkemist échangera le 21 mars 2019 à Paris avec le Jury et le public sur les moteurs de son innovation [en savoir plus].